Morgane G chanteuse folk - biographie
Morgane G Artiste chanteuse folk France
Morgane G chanteuse folk - biographie
Morgane G chanteuse folk - biographie
Morgane G chanteuse folk - biographie
Morgane G chanteuse folk - biographie
Morgane G chanteuse folk - biographie
Morgane G chanteuse folk – biographie
Morgane G Artiste chanteuse folk France
Morgane G chanteuse folk – biographie
Morgane G chanteuse folk – biographie
Morgane G chanteuse folk – biographie
Morgane G chanteuse folk – biographie
Morgane G chanteuse folk – biographie
previous arrow
next arrow

Bio

Artiste folk à la plume sensible, Morgane G. est avant tout une voyageuse dans l’âme. Écrire et crier au monde ses envies d’ailleurs, de douceur et de rencontres sont aujourd’hui des inspirations fortes, teintant ses textes. Morgane G. chante des airs colorés de bluegrass, de folk des années 70, invitant à une soirée intimiste au coin du feu. Souvent comparée vocalement à Joan Baez ou encore Molly Tuttle, elle a, comme ses modèles, écumé les routes et les salles de France et de Navarre avec sa passion contagieuse et son band de musiciens.

Morgane G Artiste chanteuse folk France

Après avoir chanté dans les salles mythiques parisiennes (Le Bus Palladium, le Réservoir, la Bellevilloise, ou encore Le New Morning); participé au Festival OFF des Francofolies de La Rochelle, du Printemps de Bourges, ou des Vieilles Charrues; ou encore travaillé avec Cocoon, Les Innocents et les équipes de Disney, Morgane G sort son EP « Horizons », une ode à la liberté, aux grands espaces, à la nature et à la Bretagne qu’elle aime tant, dont le titre “Aldebaran” comptabilisant plus de 13 000 écoutes à travers le Monde.

Il faut imaginer Morgane G au milieu d’un plan de très grand ensemble de l’ouest américain. La vue plongeante sur des canyons, l’immense sans cran d’arrêt, rien pour diviser l’horizon. Il faut imaginer la jeune Morgane, dix-sept ans et sac à dos, son vertige de liberté lors du premier voyage d’une longue série effrénée ; l’imaginer plus tard au volant d’un van, sillonnant les routes de France pour vivre et chanter. L’imaginer se gorger de l’altérité du coin de la rue et de derrière l’océan.

L’album Horizons invite au voyage, oui, mais sans “écorcher le ciel” : l’écriture de Morgane G est portée par une philosophie du périple, qui questionne l’organique et le vivant, à grande échelle et par l’expérience. L’esprit nomade cherche dans l’ailleurs une sorte d’envol, pour décentrer les perspectives, y voir plus grand, contempler plus large et se délester de ce qui accroche, qui pervertit parfois notre rapport à l’autre. Au cœur de son identité artistique, il y a tous ces départs, motivés par des activités associatives, des emplois au service de l’environnement, et par la volonté de partager sa musique au coin de tous les feux. Il y a tous ces paysages vus, parcourus, ces mondes accumulés, cette soif de vivre consciente et libre. Les textes, pourtant, sont nés en confinement ; de l’espace contenu, des sociabilités altérées : ils ont grandi comme des trouées de lumière.

Cet album, c’est aussi l’histoire d’une femme artiste et de l’ancrage d’une indépendance artistique. Puisqu’il fallait cadrer son appétit du monde, Morgane n’a pas adopté la musique avec évidence : titulaire d’un double Master en tourisme durable et solidaire et en événements culturels, elle entre d’abord dans la vie active en travaillant au Costa Rica puis à Madagascar. C’est sur le chemin d’une nouvelle mission en Palestine qu’elle croise la possibilité de la scène, et choisit le détour.

Pour “Aldebaran”, planète imaginaire et premier titre écrit de l’album, elle explore les éléments et les dynamiques astrales. Cette petite planète, composée à la guitare et à la voix, prend bientôt corps dans un projet plus grand. Très vite naît l’envie d’un quintet, d’un clip, et puis d’écrire des morceaux comme des jalons de vie. Ainsi sera donc la trame de l’album : l’ordre des chansons a l’allure d’une trajectoire. Dans “Méridienne de l’Aube”, le bonheur des rencontres au gré des voyages semble percuter l’ivresse adolescente des premières fois. Dans “Le Bal”, elle chante les émois du grand âge. Album bluegrass, Horizons puise dans le genre ; la vigueur d’un chant du peuple, le vif entrain des sonorités old-time, la noirceur des textes et la puissance du sourire. Le morceau “Louve”, dès lors, évoque la mort de la bête mal aimée, mais comme un cri du cœur. Pour donner la voix aux sans-paroles, il fallait que le sombre soit tenu par des voix en harmonie, des arrangements dynamiques et gonflés de vie : la gaieté cathartique laissée en héritage.

Devenir chanteuse, c’était l’affirmation d’une envolée franche. On le comprend dans les morceaux “Graine du vent” et “Gracias a ti”, ode à l’Amérique Latine et mise en voix d’une féminité fière. Morgane G écrit, interprète et co-compose cet album qu’elle a souhaité voir grandir dans un quintet. Auprès de son équipe de musiciens (Jack de Almeida Fourré à la guitare, Félix Masson à la contrebasse, André Derennes au banjo et Johanne Kermin au violon) et de l’arrangeur Glenn Arzel, elle déploie cet univers folk et tellurique, dont les influences multiples et principalement américaines (Sierra Ferrell, Molly Tuttle, Judy Blank, Sarah Jarosz) n’entament pas la volonté d’écrire en français, singularité dans le genre. Des compositions aux visuels (Baptiste Hauville), l’imaginaire est baladé dans l’ouest-américain, ses plaines, ses routes, son histoire, sa chaleur.

“Horizons” est une carte postale musicale qui annonce la couleur d’une nouvelle tournée, invitant Morgane G à repartir prochainement sur les routes de France.